Image de décoration

Accueil > Les paroisses > Maxou - Nd de l’assomption

Maxou - Nd de l’assomption

mardi 8 octobre 2019, par Secrétariat

MAXOU – Notre Dame de l’Assomption

L’église paroissiale de Maxou, dédiée à Notre Dame, se situe au cœur du village.
Elle fut au Moyen-Age, une annexe de l’archiprêtré Saint André de Cahors.
La nef date de la fin du XIe siècle début XIIe siècle. L’abside comporte six arcatures aveugles, assez uniques dans le Quercy, et trois étroites baies haut placées, qui témoignent du rôle défensif que pouvait avoir l’église au Moyen-Age. Plus récents sont la chapelle Nord correspondant à un agrandissement au début du XVIe siècle et le clocher mur élevé au XIXe siècle. Le linteau d’entée, porte la date de 1842.

Afin de réaliser les travaux de restauration, en 1995 a été créée l’association « Maxou-Brouelles Eglise et Patrimoine ». Dans notre commune, nous avons deux églises qui ont été restaurées grâce à l’aide de l’association et la Mairie. La priorité des travaux a été donnée à l’église de Brouelles. Les travaux de restauration de l’église de Maxou ont commencé en juillet 2003 et se sont terminés au printemps 2004. Le chemin de Croix a été restauré bénévolement par Monique Cazes.

Cette restauration a donné lieu à de belles rencontres, de bons moments conviviaux et de très belles cérémonies, en présence de Monseigneur Norbert Turini et de Jean-Marie Perny, prêtre du groupement paroissial de Mercuès le Régnac, comme :

- L’inauguration de la fin des travaux,
- La consécration de l’autel (une relique de JEAN XXIII, offerte par Monseigneur Turini y est incrustée,
- Le baptême des cloches, avec une messe célébrée en plein air, aux Carrières.
Cette dernière journée a été suivie d’un repas champêtre où tous les habitants de la commune et toutes les personnes présentes à la célébration ont été conviés. Notre maire a enfilé un tablier afin de servir les convives : une belle journée de partage.

Tout au long de l’année, de nombreuses personnes de passage ou pas (habitants de la commune, vacanciers, randonneurs…) viennent s’y recueillir et/ou y trouver un moment de paix. Pour témoigner de leur passage, ils ne manquent pas de laisser sur le livre d’or, un message, une prière, un merci... Merci pour l’église ouverte, merci pour l’église accueillante.

De manière irrégulière, des messes y sont encore célébrées.

Bernadette CONTI
Joséfa DHUICQUE