Image de décoration

Accueil > Les paroisses > Chapelle de terre Roge

Chapelle de terre Roge

mardi 8 octobre 2019, par Secrétariat

LA CHAPELLE DE TERRE-ROUGE

La chapelle de Terre-Rouge, partie intégrante du Centre paroissial, a été construite entre 1975 et 1980 au moment de la création du quartier, selon les désirs de Mgr Bréheret, évêque de Cahors à l’époque, et de Maurice Faure, maire de Cahors. Mgr Rabine a consacré la chapelle et l’a dédiée à St Joseph.

Les habitants du quartier et des paroisses voisines (Cabessut, Bégoux, Arcambal) ont participé activement à la réalisation, tant aux travaux qu’aux supports financiers. Les artisans et artistes ont pris leur part de travail : C. Verdun pour les vitraux, René Fournier pour la Vierge et la croix, Fernand Héreil pour l’autel et le tabernacle, Pierre Duthell pour le chemin de Croix et le suivi du chantier, Mr Sanchez pour le reportage photographique, René Soubirous pour l’entretien. (J’en oublie sans doute, qu’ils veuillent bien m’en excuser).

Cela a été tout un élan d’action et de solidarité, c’est pour cela que nous sommes très liés. Le catéchisme, l’aumônerie du collège, des partages d’Evangile, des temps de prière, la vie des différents mouvements, les fêtes du quartier, la messe du samedi soir ont animé la vie du Centre. Notre souci essentiel, depuis le début, a toujours été un désir d’ouverture au quartier, de participation active à la vie associative et communautaire, « tous horizons », on dirait peut-être aujourd’hui à la périphérie. En témoignent aujourd’hui les anglicans qui s’y retrouvent le dimanche matin et les répétitions de la chorale œcuménique le vendredi après-midi.

Cette histoire, ces liens tissés, le lieu (c’est la seule église où les fidèles sont disposés en arc de cercle autour du prêtre et de l’autel, c’est la seule aussi d’accès facile pour les personnes en fauteuil roulant), font comprendre le sentiment de quasi fraternité que l’on vit en allant célébrer la messe le samedi soir : la liberté de parole, la simplicité, le sourire devant les chants pas toujours réussis, le bien-être de se sentir en famille et ensemble enfants de Dieu.

Gisèle Viguié