Image de décoration

Accueil > Archives > 2 - Un nouveau souffle pour faire Communauté > Paroisse de Cahors > Cathédrale > Visiter la cathédrale Saint Etienne de Cahors

Visiter la cathédrale Saint Etienne de Cahors

dimanche 11 octobre 2015, par Secrétariat, Secrétariat

La cathédrale de Cahors

La cathédrale est ouverte tous les jours de 9h à 12h et 14h à 19h, sauf le dimanche où elle ouvre de 14h à 19h en été et de 14h à 18h en hiver.

- Histoire

Marché du samedi matin

Héritière de celle que l’évêque St Didier édifia au VII° siècle, l’actuelle cathédrale, élevée au même emplacement, appartient à la famille des églises à coupoles comme à Souillac, Périgueux…Dédiée à St Etienne, son maître-autel fut consacré par le pape Calixte II en 1119.
L’édifice séduit par la puissance et l’élégance de sa nef surmontée de deux coupoles à pendentifs à 32 m au dessus du sol. Ce sont les plus vastes de France avec 18m de diamètre et 10m de hauteur reposant sur 6 piliers carrés qui supportent les grands arcs doubleaux et formerets. Au début du XIV° siècle, le chœur menaçant ruine fut entièrement refait dans le style gothique avec de vastes baies. On refit aussi, en utilisant le grès à la place du calcaire local, l’imposant massif de la façade ouest, surmonté d’un clocheton quercinois, qui reçut le portail principal, jadis au nord. La grande sacristie et les chapelles latérales, selon la mode du temps, datent aussi de cette seconde phase de construction qui se termina vers 1324. Après la guerre de Cent Ans, l’évêque Antoine d’Alamand édifia au flanc sud du chœur la chapelle Notre Dame, dite aussi chapelle profonde. Viollet-le-Duc devait au XIX° siècle regretter cette absence d’unité architecturale. Ses élèves dégagèrent les coupoles jusque-là couvertes, percèrent des rosaces sur les murs latéraux, garnirent toitures et contreforts de garde-corps.

- Le décor extérieur

Il concerne les trois portails. Celui du nord s’inscrit dans un motif très saillant orné de roses de pierre. Il est surmonté d’un tympan sculpté vers 1140 où l’on décèle l’influence de Moissac. Il représente l’ascension du Christ avec dans les registres inférieurs les apôtres, la Vierge et au dessus la lapidation de St Etienne. Le portail sud, créé vers 1130, offre un décor trilobé très original avec des arcs outrepassés. Le portail ouest, très remanié, présente onze niches très fouillées soutenues par deux ogives.

- Le décor intérieur

Coupole de la Cathédrale Saint Etienne.

Il a été enrichi et modifié au cours des siècles, parfois perdu (coupole orientale et pendentifs).
Moyen-Age : les peintures de la coupole occidentale furent mises à jour en 1872. Huit figures géantes des prophètes entourent le martyre de St Etienne (début du XIV° siècle). Derrière l’orgue, au dos du mur de la façade ouest, des peintures récemment dégagées et de la même époque, représentent la création du monde, le péché d’Adam et Eve et leur expulsion du paradis.
XIX° siècle : La majorité des peintures du chœur, celle des chapelles latérales datent de la restauration faite au temps de Mgr Grimardias (1866-1896). Les premières reprirent les thèmes médiévaux qui furent entièrement refaits, les secondes furent réalisées selon l’esthétique du temps. Les vitraux datent de cette époque (1873).

- Mobilier et tableaux

Le chœur : après le concile de Vatican II, on a enlevé l’imposant autel à clochetons gothiques (XIX° siècle) qui avait succédé à un superbe décor XVIII° siècle. Les grilles qui l’entourent sont surmontées de dix anges dorés et datent de Mgr Grimardias.
En entrant à gauche, la chapelle de St Jean Baptiste, avec retable baroque et peintures XVIII°.
En poursuivant, la chapelle de Ste Jeanne d’Arc, avec le gisant de Mgr Grimardias, puis celle de J.G. Perboyre, prêtre quercinois lazariste martyrisé en Chine, avec une très belle Annonciation du XVIII° siècle et une Nativité récemment restaurée. La chapelle dédiée au bienheureux Alain de Solminihac, courageux évêque réformateur de 1636 à 1659, possède son reliquaire, œuvre de l’orfèvre contemporain Goudji. La Grande Sacristie a gardé le décor peint sur ses voûtes ogivales et conserve en médaillons les portraits inventés puis réels des 85 évêques de Cahors. La chapelle profonde, mutilée lors du sac de Cahors par les protestants en 1580, a gardé néanmoins un superbe retable doré du XVII° siècle. Une belle Piéta, du XVII° également, a été placée au fond de la chapelle de N.D. de Pitié.
On remarquera des tableaux aux murs latéraux. : St Etienne au mur de droite et en face, St Charles Borromée, archevêque de Milan en extase. Au fond, à gauche la nativité de St Jean Baptiste, somptueuse toile de la 2° moitié du XVII° siècle, due à Pierre Larroque, peintre du Roi et de Mgr de Cahors.
La chaire, en marbre polychrome est un bel ouvrage du XVIII° siècle (1738). Face à elle, une galerie en marbre rouge de 1734.
Le splendide buffet d’orgue de 1710 abrite l’instrument conçu par Stolz en 1860 avec 42 jeux, récemment restauré.

- Le cloître

Bâti en style flamboyant de 1497 à 1553, il demeura inachevé et souffrit du vandalisme huguenot. A son flanc est, la chapelle St Gausbert a conservé un décor peint sur ses voûtes : évêque, pape, instruments de la Passion….Sur son mur nord, un jugement dernier inachevé.
On y trouve, dans un reliquaire du XIX° siècle, la Sainte Coiffe qui serait, selon la tradition, le linge qui aurait enveloppé la tête du Christ dans son tombeau. Auparavant exposée dans la cathédrale, elle fut pendant des siècles l’objet d’une grande vénération.

E. Baux

Les nouveaux vitraux de la cathédrale de Cahors

Toutes les informations sur les nouveaux vitraux contemporains installés en 2012 dans la nef, en cliquant sur ce lien :
consulter

juillet-août 2014


Dans le cloître de la cathédrale , vous pourrez découvrir une installation originale et , peut-être, vous laisser rejoindre par une Parole de Dieu...

Portfolio